Le bâillement contagieux

Tiens, c’est marrant…

… le simple fait de voir quelqu’un bâiller nous fait bâiller. Il a été démontré que le phénomène de mimétisme lié au bâillement repose sur la mécanique de l’empathie[1]. Si vous êtes une personne très réceptive au bâillement des autres, vous faites naturellement preuve d’empathie : vous êtes capable de percevoir et de partager les états intérieurs des autres.

Quant au bâillement lui-même, son utilité reste encore incertaine : « il aurait pour fonction de maintenir notre cerveau réveillé dans les situations où le sommeil n’est pas désiré[2]. Ceci expliquerait pourquoi les bâillement ont lieu tôt le matin ainsi que la nuit, lorsqu’on lutte pour rester éveillé.[3] » Il est toutefois prouvé qu’il ne sert aucunement à pallier un manque d’approvisionnement en air de notre cerveau.


[1]PLATEK S.M., CRITTON S.R., MYERS T.E., GALLUP G.G. (2003). « Contagious Yawning: The Role of Self-Awareness and Mental State Attribution », Cognitive Brain Research.

[2]BAENNINGER R. (1997). « On Yawning and its Functions », Psychonomic Bulletin & Review.

[3]CICCOTI S. (2004). « 150 petites expériences de psychologie pour mieux comprendre nos semblables», Dunod.

Une réflexion sur “Le bâillement contagieux

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s