Les petites tortures des produits de consommation

Tiens, c’est marrant…

… les étiquettes des vêtements provoquent souvent d’insupportables démangeaisons. Sachant ça, pourquoi les fabricants s’obstinent-ils à les coudre avec du fil en nylon à des endroits où il y a le plus de frottements avec la peau ? Les étiquettes ont toujours existé, elles nous ont toujours grattées voire irritées. Et pourtant, rares sont les fabricants qui sont parvenus à corriger ce problème. Il ne s’agit pas d’un cas isolé. Depuis des années, nous subissons les petits défauts de dizaines de produits de consommation. Certes, ces anomalies restent mineures et ne remettent pas en question notre « expérience de consommation ». Elles la rendent juste un peu moins agréable. Ces imperfections sont comparables au petit caillou dans la chaussure : ça ne nous empêche pas de marcher mais c’est insupportable.

Poursuivons notre tour d’horizon. Pourquoi les trotteuses des montres Swatch  sont-elles aussi bruyantes… au point de rivaliser avec le tic-tac de la vieille pendule de notre grand-mère? Même type d’interrogation concernant les presses agrumes électriques : se faire un jus d’orange le matin, c’est risquer de réveiller la moitié de l’appartement. Et que dire de ce casse-tête auquel doivent se soumettre des millions de mélomanes, plusieurs fois par jour: démêler les fils d’écouteurs de leur baladeur. Ces défauts ne paraissent pas insurmontables. Parfois, des solutions alternatives existent déjà : pourquoi l’opercule des canettes n’est-il pas systématique sur les boîtes de conserve? A l’heure d’Internet et des écrans plasma, pourquoi devrions-nous encore utiliser cet outil moyenâgeux qu’est l’ouvre-boîte… et ainsi risquer de se couper un doigt à chaque utilisation ?

Des solutions existent bien mais elles ne semblent pas se généraliser. Les fabricants sont probablement freinés par d’insurmontables coûts de fabrication et autres contraintes techniques. Ou peut-être faut-il y voir l’intervention sous-jacente d’obscurs lobbys corporatistes. Le mystère reste entier.

Une réflexion sur “Les petites tortures des produits de consommation

  1. Pour pratiquement tous les vêtements, quelque soit la marque, les étiquettes dans le dos sont insupportables, et si bien cousues que l’on a du mal à des retirer sans faire un trou dans le vêtement. Les fabricants ne pourraient-ils pas faire un effort, d’autant que l’on a envie que d’une chose : retirer la marque tant elle démange.
    Merci si il y a une réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s