La culpabilité spontanée

Tiens, c’est marrant…

… dans le métro, on retire rapidement ses pieds de la banquette quand les voyageurs commencent à monter. On sait ce que c’est : quand on est seul, on se permet quelques libertés même si ça ne se fait pas vraiment. A l’heure du « nouvel ordre sanitaire » (ne fumez pas, ne buvez pas, mangez léger et conduisez lentement), il est bon de savoir, qu’en solo, nous continuons à nous affranchir de certaines règles morales. Mais dès qu’il y a une autre personne, c’est une autre affaire. Cela conditionne la plupart de nos actes.

Il arrive pourtant que nous soyons pris en flagrant délit de violation des lois fondamentales du savoir-vivre. Combien de doigts dans le nez, de pieds sur le bureau et de bâillements à gorge déployée auront-ils ainsi été sanctionnés par le regard d’autrui ? Un sentiment de culpabilité nous envahit alors rapidement, nous poussant à corriger notre comportement et à faire comme si de rien n’était : « avec un peu de chance, on n’aura rien vu ». Ce qui est rarement le cas, reconnaissons-le.

Positivons : tant que l’homme aura ce petit sentiment de culpabilité spontanée, la vie en société ne ressemblera pas à une soirée foot-pizza entre ados. La présence d’un tiers peut même avoir une portée hygiénique, comme nous forcer à nous laver les mains dans les toilettes publics (vous voyez de quoi je veux parler…).

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s