Le contre-effet Bonaldi

Tiens, c’est marrant…

… les objets défectueux s’obstinent à fonctionner correctement une fois retournés au magasin. Quoi de plus irritant qu’une voiture qui fait un bruit suspect, qu’un grille-pain qui grille quand bon lui semble ou qu’un ordinateur qui peine à s’allumer ? Nous avons tous été victimes, au moins une fois, de ce type de dysfonctionnement aléatoire. Au bout du compte, on craque et on finit par se rendre au service après-vente compétent.

Un passage au S.A.V. c’est un peu comme un internement à l’asile : des hommes en blouse blanche tentent d’y calmer des personnes hystériques. Malheureusement, on en sort rarement soigné. Il faut dire qu’il y a de quoi s’arracher les cheveux quand, une fois devant le vendeur, notre grille-pain s’obstine à griller, notre ordinateur persiste à s’allumer et notre voiture à rester silencieuse. Et si nous étions les victimes du contre-effet Bonaldi ? Si cet animateur télé était incapable de faire fonctionner un appareil, nous serions incapables d’en démontrer le dysfonctionnement.

Bien sûr, les plus fins psychologues pourraient invoquer la théorie des corrélations illusoires selon laquelle la récurrence de ces contrariétés serait une vue de l’esprit. D’autres, pourraient également faire valoir que les garagistes, les informaticiens et autres techniciens auraient le don de réparer les appareils par la pensée. Pourtant, la vérité pourrait être bien plus surprenante voire angoissante : les choses vivent et s’obstinent à nous jouer des tours ! Et il y a fort à parier qu’elles s’en amusent…

13 réflexions sur “Le contre-effet Bonaldi

  1. Bonjour!
    Plusieurs personnes m’avaient parlé de ce blog mais jusqu’à aujourd’hui, je n’étais pas venu voir personnellement. Je suis pas déçu. Loin de là!!! c’est vrai que sur ce vaste monde qu’est le net on trouve un peu n’importe quoi. Mais là, ok. Pertinence, analyse, esprit! Tout y est…la théorie des corrélations illusoires selon laquelle la récurrence de ces contrariétés serait une vue de l’esprit, J’ADORE!!!!!
    Bravo, continuez!!!!

  2. Merci pour vos encouragements!
    Je suis toujours surpris de voir que mes articles suscitent relativement peu de commentaires.
    Dommage. C’est toujours enrichissant de savoir ce que ses lecteurs pensent de notre prose.
    A très vite
    SH

  3. « La théorie des corrélations illusoires », c est beau comme du Tranxen 200…
    Thierry, je ne suis pas certaine de comprendre votre enthousiasme face à la vacuité de cette intervention.

  4. Ma chère Clémence (vous me permettez..?)
    Face à une telle incompréhension, je préfère vous renvoyer à la conclusion du superbe texte ecrit en novembre dernier, « les plisirs inespérés » :
    « notre fatalisme exacerbé à des bons côtés. Il nous faut peu de chose pour arrêter de voir tout en noir. Et si se soucier du quotidien était le meilleur moyen de renouer avec l’optimisme ? »
    Je ne citerai pas là le chercheur Amar Lakel, j’ai bien peur que cela puisse dépasser vos compétences.
    Mais je vous laisse en tout cas le loisir de combler la vacuité, là où elle existe vraiment.

  5. Bon [comme disait l’autre], ça a débuté comme ça :

    Googlant des citations d’Asimov…
    Sur Dicocitations, je tombe sur celle exprimant l’esprit d’innovation/invention : « …pas Euréka… mais tiens c’est marrant ».

    Puis 2 clics plus loin, je tombe sur un blog « tiens c’est marrant ».
    Quid ?
    Un site sur la pensée d’Asimov ?
    Un site sur les killer innovations ?
    Vous n’y êtes pas !

    Je tombe sur un blog perso -le vôtre- où s’enchaînent textes
    et points de vues sur tout et surtout sur rien.
    Une véritable mine ! Que dis-je, pas une, mais mille !
    Celles du Roi Salomon.

    La compilation de vos nombreuses analyses apparait donc en tête de liste de l’expression « tiens c’est marrant ».
    Imaginez un peu, vous devancez Asimov lui-même !
    Admirable prouesse et avouez, un nouveau miracle du référencement.
    Tout de même, miracle des errements sur internet, je suis tombé sur VOUS ! Et vive la « serendipity » !

    Alors j’avoue avoir un peu hésité avant de balancer mon pauv’ commentaire.
    Mon misérable petit grain de sel à moi ne valant, soyons lucide, guère mieux que le vôtre.

    C’est vrai, pourquoi s’en prendre à un passe-temps que, telle une paisible masturbation, nous pratiquons tous avec plus ou moins de régularité et de bonheur : le blog perso ?

    Après tout, chacun a parfaitement le droit de s’épancher, de se répandre… jusqu’à s’étaler à propos des petites choses de la vie.

    Et au nom de quel privilège accorderait-on à la seule entreprise Delerm Père & Fils le droit d’entretenir pareil fond
    de commerce ?

    Et puis Grands Dieux, pourquoi se chauffer ainsi sur des écrits privés ?

    En réalité, la masturbation est, a priori, un genre pratiqué dans l’intimité d’une salle de bain, d’une chambre ou d’un salon (ou dans un bus si vous vous appelez Portnoy).
    Vous avez donc, comme chacun, ce droit là.
    J’écris moi-même mais, pour le plus grand bien de tous, j’ai choisi de ne jamais encombrer le web avec mes propres
    éja-cubrations.

    Tel n’est pas votre choix.
    Rien de secret ou pudique chez vous.
    On s’exprime, on se montre, on se personal branle et de quelle manière !
    Tous les sujets sont abordés avec la précision entomologique d’un chasseur de papillons du dimanche.
    Entre nous, je vous soupçonne même un peu de souhaiter secrètement que l’on vous surprenne.
    D’ailleurs, au détour de vos échanges avec vos fans, je note que vous vous étonnez que vos écrits ne fassent pas plus souvent l’objet de commentaires.
    Alors que voulez-vous, dans ces conditions, on se sent pleinement autorisé à déranger el grande masturbator.
    Cela relèverait presque de l’acte de charité.

    Car voilà, en vous mettant en scène, vous devenez bien, toute honte bue, une res publica et certainement pas à l’insu de votre plein gré.
    Ce n’est pas à un fin observateur comme vous que je vais apprendre que se montrer c’est forcément s’exposer.
    C’était vrai à Athènes il y a 2500 ans.
    C’est encore pire à l’ère du web.

    Donc, de temps à autre, des commentaires vous recevrez.
    Hélas, j’ai bien peur qu’ils ne soient pas aussi bienveillants que ceux de l’idolâtre Thierry.
    Un parent à vous sans doute ?

    En tout cas, le nombre de textes pas vous commis nous promet, je l’espère, de sacrés échanges.
    Mais avant cela, il me faudra d’abord vous lire avec attention et, surtout, patience.

    Vous ne m’en voudrez pas d’être irrégulier dans mes mails.
    Celui-ci est d’ailleurs beaucoup trop long et pour cela, je vous présente mes excuses.
    Heureusement, je suis très paresseux.
    Ce qui devrait donc m’empêcher d’écrire des textes aussi longs que les vôtres.
    Tiens, je vais chercher un texte à vous sur le sujet de la paresse car vous avez forcément un avis sur cela aussi !

    Afin d’abréger ce premier mail, je ne commenterai pas votre très commentée saillie sur les corrélations illusoires à laquelle, j’avoue ne rien comprendre.
    À l’avenir, je me rabattrai donc sur des textes plus à ma portée.

    Toutefois, je vous laisse avec un premier point de désaccord important entre nous. Vous avancez : « force est de constater que, dans la majorité des cas, les discussions des autres n’ont pas grand intérêt » [in « Les Discussions des autres »]

    Comment pouvez-vous avancer cela ?
    Bien au contraire !
    Vos causeries au coin du feu ont, justement par leur étrange fadeur, toutes les chances de devenir désormais pour moi une source de fascination sans fin.
    A bientôt et encore merci !

  6. Cher Sebastien,
    Oui, c’est à vous que je pense en ecrivant ces lignes de reponse .
    C’est à vous que je pense quand je lis ce mail aussi risible qu’indigne de figurer parmi vos textes. Je me permets de repondre, etant moi meme directement impliqué Par ce Kos Play que je connais encore moins que vous…
    Il me plait de penser cependant qu’une certaine pensée puisse nous rapprocher. Et qu’au contraire, un abime nous separe de ces persifleurs satisfaits. En meme temps, sommes nous si differents, Kos et moi? Lui s’avoue etre paresseux quand il nous taxe de branleur. Avouons qu’entre les deux postures, la marge est infime. Peut etre que le poil de la main empeche au final l’action des cinq doigts…
    Mais point de discours sur l’onanisme et ses vertus quand la Republique, precedemment mise à mal, se meurt de ses  » branleurs », cher Kos Play. De ces esprits independants, iconoclastes qui, à un moment donné, ont su s’elever et dire, non pas « non », ce serait pretentieux voire illusoire, mais simplement…autre chose. Et c’est dejà beaucoup, ne vous en deplaise.
    Je ne m’apesantirais donc pas à défendre l’Esprit.. Il prend forme au gré des textes qui s’egrenent sur ces pages. Moins poisseuses que vos pensees seminales. Au plaisir, mr Kos.
    Et bravo, mr Hueber.

  7. Quand je lis ces derniers échanges, je ne peux m’empêcher de penser à cette citation de Beaumarchais: « Sans la liberté de blâmer, il n’est pas d’éloge flatteur ». Merci à toutes et à tous pour vos contributions, positives comme négatives!

  8. Oh quelles lumières, c’est superbe !
    Branleurs et feignasses se retrouvent donc ici ? Tous félicités par un humble père Fouras, galvanisé d’un côté par les attaques stériles de l’anonyme Kos Play et de l’autre par l’enthousiasme pathétique de Mr Thierry.
    Et puisque tout le monde sur cette page semble obsédé par son propre appareillage, c’est à moi, sans doute, de vous faire redescendre…

    Tienscestmarrant est le blog d’un jeune consultant, « théoricien des contradictions de la reproduction » ou de « l’homme bag squatter »… Une série d’inepties compulsives rendues presque crédibles à force de boursouflures et de name dropping.
    Oui, Mr Thierry, « sur le net on trouve un peu n’importe quoi » et surtout des pitres.

  9. Bonjour,
    Effectivement le passage au S.A.V. c’est l’asile, sauf qu’on se demande VRAIMENT qui sont les débiles mentaux.
    Je suis très remonté contre ces XXXXlés de Pixmania qui ne peuvent pas réparer mon Samsung LED 3D 46 pouces sous pretexte d’une « utilisation anormale » (soit disant).
    Pouvez vous, monsieur, m’orienter vers une bonne adresse, je fais des recherche sur internet, j’ai fait plusieurs forum, mais pas de réponse fiable.
    Je suis démoralisé.
    Aidez moi s’il vous plait.

  10. Chère et touchante Clémence… Vous, tout comme Thierry, revenez sur mon anonymat qui de toute évidence semble vous turlupiner. J’ai un pseudo ? La belle affaire !

    Mais Thierry, à ce sujet, j’ai une terrible nouvelle pour vous. Contrairement à Marylin, Madonna, Justin, Mao ou Diego, votre absence de notoriété vous rend tout aussi anonyme que moi. Malheureusement donc et pour l’instant, car après tout un jour peut-être, à l’évocation de votre seul prénom, les foules tomberont en cette pâmoison complice qui lient les fans à leurs idôles. Hélas pour l’heure, votre prénom mon cher Thierry, vous protège tout autant que moi, planqué derrière un mauvais jeu de mots.

    Quant aux persifleurs satisfaits, je le répète : loin de moi l’idée de me vautrer en public sur un blog où s’entassent les banalités.
    Je dois toutefois vous remercier vous aussi Thierry. Grâce à vous, j’ai découvert un autre penseur de premier ordre : Amar Lakel.
    Un délice de gourmet en effet !

    Clémence, au passage je ne saurais trop vous recommander le travail du sieur Lakel. C’est exceptionnel de cuistrerie.
    Aussi fort que « bag squatters ». Enfin, presque.

    Un dernier mot à vous Clémence tout de même qui prenez à partie, du haut de votre particule, les misérables homonculus que nous sommes. Vu le niveau de vos interventions et commentaires, je confirme qu’effectivement, vous êtes bien là « pour (nous) faire redescendre » les uns comme les autres.
    Oserais-je un « à bientôt » ?
    Allez… à bientôt aux uns et aux autres !

  11. Je souhaitais remercier mes collègues de TBWA pour leurs riches contributions sur ce poste. A très vite dans les couloirs de l’agence…

  12. C’est quoi, ce bordel???
    Une farce…
    je comprends rien…
    je vous laisse….c’est nul!

  13. Merci beaucoup,
    Je suis allé sur votre site TBWA cependant aucune rubrique SAV n’est présente ???
    Je vais donc les appeler et j’espère avoir autant de chances avec mon bébé (mon Samsung LED 3D 46 pouces ) qu’avec votre grille pain !
    Merci encore Sébastien,
    Cheeers !
    Richard

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s