Les aires de repos

Tiens, c’est marrant…

… rien n’est moins reposant qu’une aire de repos.

Arguant du fait qu’un accident mortel sur trois est dû à la fatigue ou à l’assoupissement, les sociétés d’autoroutes mettent à disposition « des services et des installations pour inciter les conducteurs à s’arrêter régulièrement et à se détendre« [1]. Bien-être, confort, quiétude… sont certainement les premiers mots qui nous viennent à l’esprit à la simple évocation des aires d’autoroute. Notamment leurs toilettes. Qui n’a jamais été transporté par leurs senteurs exotiques? Qui ne s’est jamais senti enveloppé par leur chaleur en pleine hiver? Qui n’a jamais salué la douceur d’un papier disponible à foison. Plus qu’un lieu d’aisance, l’aire de repos c’est aussi et surtout une ambiance. Une ambiance emprunte de sécurité et de convivialité où chaque individu n’a qu’une chose à l’esprit: le respect de son prochain. Une ambiance emprunte de modernité et d’innovation où l’architecture et la technologie nous rappellent à chaque instant le génie de l’urbanisme français.

Malheureusement, l’actualité nous rappelle la triste réalité. Le 12 février dernier, une mère abandonne ses deux enfants sur une aire de repos… pour leur faire peur[2]. Le 18 mai, dix-sept blessés sur une aire d’autoroute lors d’une bagarre générale entre deux groupes de supporteurs après un match OM-OL[3]. Le 8 juillet, deux parents tués sur une aire de repos après avoir été fauchés par un automobiliste qui aurait perdu le contrôle de son véhicule[4]. Le 11 octobre, un jeune marié oublie sa femme sur une aire d’autoroute persuadé que sa dulcinée somnolait sur la banquette arrière[5]. Le 29 novembre, une jeune femme de 19 ans accouche seule sur une aire d’autoroute et perd son bébé[6]. Enfin, le magazine Auto plus a récemment confirmé que les aires de repos étaient bel et bien de véritables paradis… pour les microbes[7]. Eprouvettes à l’appui, le magazine nous révèle les espaces à éviter: tables de pique-nique, toilettes, restaurants et nurseries atteindraient des taux alarmants de bactéries. Bref, tout ce qui fait qu’on s’arrête dans une aire de repos

Que les conducteurs se rassurent, l’horizon n’est pas si sombre. Dans un grand moment de lucidité, les industriels ont réalisé que ces espaces avaient très peu évolué depuis leur création, il y a une trentaine d’années. «Notre défi consiste à donner envie aux automobilistes de prolonger la pause et de revenir […] faire oublier qu’on se trouve sur une aire d’autoroute pour se détendre réellement», résume Dominique Dubald, en charge des autoroutes chez Elior[8]. Inauguré en juillet dernier sur l’A6, près d’Avallon, l’aire du futur a tout pour plaire: un design signé Ora-ïto, parking et voies cachés par de la verdure et sillonnés par des parcours sportifs et canins ainsi que des jeux pour enfants. Dans le hall très lumineux du bâtiment au toit végétalisé, les boutiques et les restaurants côtoient les coiffeurs et les bars à ongles. L’aire de repos pourrait donc bien changer d’ère.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s