Pauvres riches

Tiens, c’est marrant…

… les riches sont plus dépendants à l’alcool que les pauvres[1]. Dans un monde bien-pensant, il est grand temps de tordre le coup à l’idée selon laquelle le crève-la-faim, le sans-le-sou, l’indigent aurait le monopole de la misère humaine. N’en déplaise aux démagogues, le plein aux as, le bourgeois, le nanti souffre tout autant. Son talon d’Achille? L’argent, artisan de son statut mais ressort de son mal-être.

L’argent nuit gravement à la santé. A commencer par la santé mentale, car le chemin de la richesse est pavé d’insatisfactions, de frustrations : jamais assez de belles chaussures, jamais assez de belles masures, jamais assez de belles voitures. Et de la Cadillac au Prozac, il n’y a qu’un pas. Alors le rupin carbure aux cachetons[2]. Les enfants ne sont pas en reste. L’argent c’est une affaire de famille: faut que les petits n’en manquent pas quand ils seront grands. Bienveillants, Papa et Maman mettent donc la pression afin qu’Edouard ne passe pas à côté de Polytechnique et qu’Anne-Charlotte ne rate pas l’examen du barreau. Alors pour faire passer la pilule de la réussite à tout prix, Edouard et Anne-Charlotte boivent beaucoup[3]. Pour eux, le binge drinking ce n’est pas qu’une habitude, c’est une éthique. Et quand ils ne boivent pas ils fument trop et ils mangent mal. Les plus paumés vont même jusqu’à tricher ou voler, histoire d’attirer l’attention de parents trop absents[4].

L’argent nuit aussi gravement aux relations. Parce que l’argenteux est moins sensible que le pauvre. La faute à son environnement. Il paraît que le personnel de maison serait moins menaçant que le dealer du hall d’immeuble. Du coup, le millionnaire est moins attentif au monde qui l’entoure[5]. De toute façon, le monde c’est le cadet de ses soucis vu qu’il n’a aucune morale et ne pense qu’à lui[6]. Preuve en est le code de la route. Il le respecte à peu près autant que Nabila respecte le Bescherelle. Les conducteurs de voitures de luxe s’arrêteraient ainsi quatre fois moins au passage piéton que ceux conduisant des voitures moins chères[7]. Finalement, rien d’étonnant à ce que le riche soit méprisé… au point que le commun des mortels prenne du plaisir à le voir souffrir[8].

Non, vraiment, ça ne rapporte rien d’être riche.

[1] http://www.thedailybeast.com/articles/2010/12/29/drinking-stats-who-drinks-the-most-alcohol.html

[2] http://www.psychologytoday.com/blog/out-the-darkness/201203/the-madness-materialism

[3] http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC1950124/

[4] http://www.psychologytoday.com/articles/201310/the-problem-rich-kids

[5] http://healthland.time.com/2010/11/24/the-rich-are-different-more-money-less-empathy/

[6] http://nymag.com/news/features/money-brain-2012-7/

[7] http://healthland.time.com/2012/02/28/why-the-rich-are-less-ethical-they-see-greed-as-good/

[8] http://blogs.scientificamerican.com/moral-universe/2013/09/27/the-problem-with-rich-people-and-ethics/

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s