Les nuisances des photos de vacances

Tiens, c’est marrant…

… à trop prendre de photos, on passe à côté de ses vacances et on déprime ses amis.

Le touriste moderne consomme la photo avec la même avidité qu’un ado devant un paquet de Chipster. Qu’il ait les doigts gelés ou enduits de crème solaire, impossible de résister à l’appel de l’objectif. Tous les experts ès prise de vue sont unanimes: il n’y a jamais eu autant de clichés pris au cours de l’histoire humaine. Et de moins en moins à l’aide de Nikon, Canon ou Olympus. De nos jours, la Tour Effeil et l’apéro Ricard-Cochonou s’immortalisent à coup de smartphone 41 mégapixels[1]. Si ces mobiles high-tech ont érigé la photo de vacances au rang de névrose, ce n’est pas tant à cause de leurs performances visuelles que de leurs fonctionnalités sociales. Car ce qui motive vraiment le vacancier de nos jours ce n’est pas tant de préserver des souvenirs que de partager ce qu’il fait[2]. Mais qu’a-t-il de si intéressant à partager? Que des choses essentielles: des images de proches avec un coup dans le nez et des clichés de ses pieds[3]. Un nombrilisme omniprésent sur le web via des sites tels que « On pense bien à vous »[5] ou « Hot Dog Legs » (voir plus bas).

Toujours à l’écoute de nos pauvres âmes, les hommes en blouse blanche s’inquiètent de cette boulimie photographique. Première victime selon eux, le photographe lui-même[6]. Pendant qu’il shoote son double latte, choisit le bon filtre Instagram puis le partage sur Twitter & Facebook… il ne se rend plus compte que son café refroidi et que ses vacances perdent par là-même de leur saveur. A trop photographier, le voyageur ne voyage plus… plus vraiment[7]. Seconde victime, sa communauté de fans et de followers. Pour que ça like, que ça tweete et que ça commente, notre photographe écrème, filtre et retouche sa vie[8]. Une fois en ligne, c’est la grande spirale de l’envie: comparaison et frustration provoquent une surenchère d’images aussi réalistes que l’inversion de la courbe du chômage. Sur les réseaux sociaux, la bonne vieille séance diapositive se transforme ainsi en arme de dépression massive[9].

Rassurons-nous, les américains ont peut-être trouvé un début de solution: embaucher un photographe personnel le temps d’un voyage[10]. Certes, vos amis continueront à vous détester mais, au moins, vous profiterez pleinement de vos vacances. Et ça, ça n’a pas de prix.

[1] http://trends.levif.be/economie/opinion/chronique-economique/le-smartphone-va-t-il-tuer-l-appareil-photo/opinie-4000374925386.htm

[2] http://obsession.nouvelobs.com/high-tech/20131107.OBS4523/non-le-smartphone-ne-va-pas-tuer-l-appareil-photo.html

[3] http://www.cosmopolitan.fr/,ce-que-revelent-les-photos-de-vacances,2077,1776506.asp

[4] http://hot-dog-legs.tumblr.com

[5] http://onpensebienavous.tumblr.com

[6] http://m.slate.fr/story/75832/instagram-filtres-deprime-facebook

[7] http://www.telegraph.co.uk/technology/social-media/10211689/The-holiday-you-never-had-because-you-were-too-busy-taking-photos.html

[8] http://www.telegraph.co.uk/technology/social-media/10211689/The-holiday-you-never-had-because-you-were-too-busy-taking-photos.html

[9] http://blog.francetvinfo.fr/dans-vos-tetes/2013/08/18/vos-photos-de-vacances-depriment-elles-vos-amis-facebook.html

[10] http://nymag.com/thecut/2013/04/you-can-hire-paparazzi-to-take-vacation-pics.html?mid=twitter_nymag

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s